Actualités

JM Rouillan – Soutien contre la demande de révocation de semi-liberté

Action Directe

Le parquet général de Paris demande la révocation du régime de semi-liberté accordé à Jean-Marc Rouillan, après la publication d’un entretien à l’Express. C’est au juge d’application des peines (JAP) de Paris, qui a compétence en matière « terroriste », de se prononcer, d’ici dix jours, lors d’une audience en présence du condamné.

La justice met des mois et des mois pour examiner les demandes de libération conditionnelle des prisonniers politiques tels que Georges Cipriani, Régis Schleicher, et jusqu’à deux ans pour Georges Ibrahim Abdallah mais il ne faut que quelques heures pour que le parquet intervienne pour tenter de censurer la parole d’un militant révolutionnaire.

Jean-Marc Rouillan doit théoriquement bénéficier en décembre 2008 d’une libération conditionnelle, aprés une année du régime de semi-liberté, comme Nathalie Ménigon en conditionnelle depuis août 2008.

SOLIDARITE AVEC LES PRISONNIERS D’ACTION DIRECTE

LA MOBILISATION DOIT EMPECHER L’INFAMIE

NON AU CHANTAGE AU RENIEMENT

L’article en question :

http://www.lexpress.fr/actualite/politique/jean-marc-rouillan-l-ancien-terroriste-d-action-directe-parle_579389.html

Extraits
Votre entrée potentielle dans un parti ne met donc pas fin à l’idée pour vous que la lutte armée est nécessaire?
Il faut clarifier les choses: le processus de lutte armée tel qu’il est né dans l’après-68, dans ce formidable élan d’émancipation, n’existe plus. Mais en tant que communiste, je reste convaincu que la lutte armée à un moment du processus révolutionnaire est nécessaire.

Mais quand Besancenot dit qu’il a toujours condamné les méthodes d’Action Directe, il exprime une opposition à cette violence…
Oui… Et en même temps, il se dit guévariste. C’est un petit peu paradoxal! Il pense que, quand on touche à ce terrain, il faut être social-démocrate… Non! Quand on se dit guévariste, on peut simplement répondre que la lutte armée est nécessaire à certains moments. On peut avoir un discours théorique sans faire de la propagande ou de l’appel au meurtre.

Etes-vous prêt encore à jouer votre liberté personnelle pour vos idées?
Mais je la joue actuellement. Avec cette interview… Je sais que je ne suis qu’en « semi-liberté ». Et s’il y a une amélioration, ce sera une liberté sous condition. C’est-à-dire que je ne serai jamais plus un homme libre. On me l’a marqué sur un papier.

Réponse de Jean-Marc Rouillan au parquet

J’ai pris connaissance de la demande du parquet de Paris de révocation de ma semi-liberté. Ma première réaction, c’est de penser qu’il s’attaque là au droit à la liberté de parole. …je n’ai enfreint aucun des termes des quatre conditions qui régissent ma semi-liberté. Selon ces termes, je dois payer mes amendes et continuer à rembourser les parties civiles, je ne dois pas parler des faits pour lesquels j’ai été condamné et je ne dois ni porter ni détenir une arme. Si, après 20 ans de prison, on doit me coller une « perpét' » pour ce que j’ai affirmé dans cette interview cela en dira long sur l’état de la liberté de parole en France. »

article publié sur http://liberonsgeorges.over-blog.com/ le 1er octobre 2008